Jusqu’au 24 novembre 2018 : Exposition « Michel Eisenlohr, images de Syrie » à la Maison de la Photographie

Maison de La Photographie, rue Nicolas Laugier, place du Globe, Toulon. Ouvert du mardi au samedi de 12h à 18h – entrée gratuite

Carrefour des civilisations, la Syrie connaît ces dernières années une actualité douloureuse et tragique. Ce reportage inédit est un hommage rendu à la beauté de ce pays et aux hommes qui l’ont bâti, aimé et protégé. Invité en 2002 au festival de photographie d’Alep, Michel Eisenlohr décide de prendre la route depuis Marseille.

À l’instar des écrivains qui ont réalisé leur “voyage en Orient” au XIXe siècle, il appréhende ce territoire par la route, au fil des kilomètres. En guise de carnet de voyage, un appareil photo argentique et le parti pris du noir et blanc.

En plein désert, Palmyre constitue une halte incontournable. La grandeur et la poésie des ruines submergent le photographe. La lumière y imprime sa marque, ciselant le volume des colonnes, découpant le relief des corniches. On croit la cité abandonnée au vent ; elle se révèle habitée par les bergers qui reposent leur troupeau à l’ombre de ses murs, par les enfants qui y trouvent un immense terrain de jeu. À Alep et Damas, le regard de Michel Eisenlohr est happé par la vie bouillonnante des échoppes, des tissus flottants, par les ruelles sombres et pavées, par cet art de vivre qui rassemble les différentes communautés dans le partage et le respect. Aux colonnades de la cité romaine répondent les arcades de la mosquée, aux entrelacs antiques les motifs géométriques de l’art islamique.

Dialogue des formes et des sociétés. Telle est la Syrie que le photographe découvre, sublime, généreuse, parfois secrète. Une terre d’héritages vivant au présent.